« Neist Season sort son deuxième EP « Morning Stars » inspiré par la mer. Un univers visuel doux qui laisse place à la rêverie et une musique qui mélange le rock, la musique électronique et des textes anglophones. Un EP de 5 titres disponible en format numérique et en CD sur sa page Bandcamp à partir du 17 octobre 2020. Le nom fait référence à « Neist » un lieu, le Neist Point, situé en Ecosse et à « Season » pour rappeler l’importance des éléments naturels dans ses textes. Passionné de musique, il crée deux groupes de rock avant de s’installer à Lille. Intéressé par la musique électronique, il décide de créer son projet solo « Neist Season » il y a 3 ans. Un mélange de ses deux styles musicaux -rock et musique électronique- avec ses propres textes et sa voix. Sa musique est influencée par l’univers rétro. La synthpop et le rock indie ajoute à sa musique un côté rêveur. L’idée est de composer un son qui donne un sensation d’espace et un aperçu de son imaginaire. Des sonorités plus punchy, proche de ses influences rock ajoute un certain dynamisme. Il propose dans cet EP des textes et des sons influencés par la nature et ses émotions. Il souhaite que cette musique aide les gens à s’évader. Originaire de Bretagne, son affection pour la mer et son esthétique est présente dans son univers visuel, avec des pochettes d’EP qui laissent place à la douceur et la rêverie. Le clip du morceau « Lost Island » a été par exemple tourné en août 2020 par le créateur visuel Hugo Mouillé, dans le Golf du Morbihan sur l’île d’Arz. Il a été réalisé avec le voilier de ses parents avec lequel il s’initie à la voile. Une vidéo tournée au petit matin dans un univers marin, reposant et intime, avec un jolie dégradé de bleu. » Anaïs B – Lille le Nuit le 08/10/20 – https://www.lillelanuit.com/le-mag/chroniques/neist-season/

Acheter ici

« Neist Season associe synthétiseurs, guitares et voix pour composer des rêves synthétiques orientés indie-rock. En résulte un disque qui sonne et qui se rapproche des constellations krautrock. Cet Ep rêveur se déploie sous un voile de brume et sait se montrer aventureux. Tous les synthétiseurs émergent du style synthwave français – ce vaste impact sonore de la France que nous adorons. Vous entendrez un faiseur de riffs qui – sans perdre de vue son but – apprécie vraiment les narrations. Il ne se dépêchera pas de vous raconter l’histoire – il prendra le temps nécessaire pour développer le riff et vous présenter l’idée. Étonnamment, peut-être, et malgré cette attitude, ne vous attendez pas à trouver une chanson de plus de quatre minutes sur l’album : cela traduit un esprit musical assez structuré. Et quand il a envie de bouger, il n’hésite pas nous inviter. Drift To Cassiopea est le titre le plus interstellaire de l’album, mais c’est aussi le plus groovy de tous – écoutez!

Nous avons un bel Ep entre nos mains, un disque qui a peut-être besoin d’un peu de temps pour s’assimiler et c’est peut-être uniquement à cause de sa maîtrise qu’il a besoin d’un peu plus de soin. En conclusion, ‘Black Space’ est un disque aventureux qui a remporté la bataille avec ses délices et ses défis. Vérifiez-le! » Mike.D – Noise Journal, 03/11/19 Source: https://www.noisejournal.com/2019/11/neist-season-black-space-ep/